foto1
Habari za Internet
foto1
Art et cultures
foto1
Cultures du monde
foto1
Je joue je gagne
foto1
Livres à palabre
e-mail: ortcvoidjou@yahoo.fr
Tél: +269 763 63 75

Fête du 6 juillet 2015 à Anjouan

Fête du 6 juillet 2015 à Moheli

Fête du 6 juillet 2015 à Ngazidja

Said Djaffar


Voué aux gémonies après sa chute, qui voit la population danser dans la rue, le révolutionnaire Ali Soilihi est aujourd’hui considéré par nombre de Comoriens comme « le seul président qui a aimé son pays ».

Avant l’Independence, il est député à l’assemblée territoriale, ministre de l’Agriculture de Saïd Mohamed Cheikh, puis de l’Equipement dans le gouvernement de Prince Saïd Ibrahim. Le 3 Août 1975, un mois après la déclaration unilatérale d’Independence, le Front national uni, Ali Soilihi en tête, renverse Ahmed Abdallah et met en place un gouvernement réunissant les partis d’opposition.Said Djaffar Ce n'est qu'en Janvier que Soilihi prend officiellement le pouvoir en devenant président. Influencé par les idées marxistes sans pour autant en faire, Ce n’est qu’en Janvier que Soilihi prend officiellement le pouvoir en devenant président. Influencé par les idées marxistes sans pour autant en faire son programme politique, le « Mongozi » (chef) conçoit une vision globale de la société qu’il n’aura pas le temps de mettre réellement en pratique.

S’appuyant sur les jeunes et les femmes au détriment des notables et des religieux, il estime que les Comores doivent passer par l’étape de la « table rase » avant de construire une réalité plus juste. Impitoyable envers les excès du système coutumier et les privilèges traditionnels qu’il considère comme des obstacles au progrès économique et social, il sera jugé comme un ennemi de l’islam par des anciens humiliés.

Malgré ses excès et ceux de ses milices d’adolescents, qui ont valu à son régime le surnom de « République des imberbes. Les Comoriens se souviennent de la construction des bâtiments mudiria, des routes, des campagnes d’alphabétisation, de l’effort consenti en faveur des rescapés de Majunga et d’une vision des problématiques comoriennes qui n’a pour une bonne part rien perdu de son acuité.

Renversé par Ahmed Abdallah et Bob Denard, Soilihi est tué d’une balle dans le dos le 29 Mai 1978.